JO 2024 : Conduire à Paris et Île-de-France entre Périmètres et QR Codes – Ce qui se profile pour les Automobilistes

Pour se déplacer dans certaines zones parisiennes, les automobilistes devront impérativement se munir de dérogations. À l’entrée des périmètres rouges, la présentation d’un QR code sera une exigence incontournable.

À l’approche des Jeux olympiques 2024, les automobilistes ne manifestent pas d’impatience. Au contraire, du 26 juillet au 11 août, et également du 28 août au 8 septembre pour les Paralympiques, une série d’obstacles se profile, incitant les riverains, les auto-écoles et les taxis à envisager des vacances. Les nouvelles règles, exposées par le préfet de police de Paris, Laurent Nuñez, dans une interview accordée au Parisien le mercredi 29 novembre, dévoilent le dispositif à venir et les dérogations obligatoires pour circuler dans certaines zones de la capitale. Depuis plusieurs mois, la préfecture élabore un plan d’action, scrutant quasiment rue par rue.

Impact anticipé sur les résidents et travailleurs

Les habitants et travailleurs des environs des sites olympiques peuvent s’attendre à des conséquences significatives. « L’interdiction à la circulation motorisée est la règle, la dérogation en est l’exception », a averti le préfet de police de Paris. Dans les faits, les autorités restreindront la circulation dans des périmètres définis autour des zones de compétition.

Annonce des périmètres olympiques et paralympiques

Le 29 novembre, la préfecture de Police a dévoilé en ligne les périmètres entourant les sites olympiques et paralympiques. Retrouvez dossiers de presse, cartes et liens utiles pour accéder à l’ensemble de ces informations.

Source : Préfecture de Paris

Ainsi, les autorités diviseront l’Ile-de-France en plusieurs zones colorées. En rouge, elles interdiront strictement la circulation, sauf dérogation. Cela concerne notamment les environs du Stade de France, du Parc des Princes et de la Place de la Concorde. Les autorités instaureront également des zones bleues pour réguler la circulation et prévenir les flux de transit.

Il est important de noter que l’accès à ces voies sera sélectif : seules les personnes résidant, travaillant ou se rendant dans un commerce ou un restaurant de la zone auront le privilège d’emprunter ces passages. Pour la cérémonie d’ouverture, des mesures encore plus strictes seront mises en place, avec une interdiction de circulation dans une zone élargie plusieurs jours avant le 26 juillet.

La circulation sera restreinte autour des sites, avec une fermeture prévue un peu avant les JO

Les sites temporaires, tels que ceux au centre de Paris, au Trocadéro ou à la Place de la Concorde, verront leurs accès restreints avant le début des Jeux en raison des phases de montage et de démontage. Ces restrictions seront en vigueur pendant la durée des compétitions, avec quelques ajustements pour les zones spécifiques.

Une autre information importante à noter : la continuité des restrictions dépendra de la situation géographique. Le préfet de police a affirmé que celles-ci ne seront en vigueur que pendant les compétitions, débutant 2h30 avant le début des épreuves et se prolongeant jusqu’à une heure après. Le village olympique à Saint-Denis bénéficiera d’une exception. Quant aux restrictions autour de Paris Centre, elles pourraient être en vigueur de 6h30 à minuit. Les piétons et les cyclistes peuvent être rassurés, car l’accès à ces zones restera libre. Les limitations s’appliquent exclusivement aux véhicules motorisés.

Détails des dérogations

En ce qui concerne les dérogations, qui en bénéficiera ? Les zones rouges seront accessibles aux riverains disposant de parkings, aux visiteurs de personnes vulnérables, ainsi qu’aux véhicules d’urgence, de secours et de dépannage. Les taxis et VTC pourront accéder aux zones rouges s’ils déposent quelqu’un, sous réserve de fournir un justificatif. Quant aux zones bleues, il suffira de justifier le motif du déplacement.

Un code QR nécessaire pour effectuer des déplacements.

La liste des personnes exemptées des restrictions pourrait s’allonger, nécessitant une validation « auprès d’un public qui sera reçu à Paris et dans les préfectures des départements d’Ile-de-France accueillant des épreuves olympiques et paralympiques », a précisé Laurent Nuñez une fois de plus. Son mot d’ordre : ne laisser personne de côté.

Inscriptions et alternatives non-numériques

Ceux concernés par la dérogation devront s’enregistrer sur une plate-forme numérique et fournir divers justificatifs. Avant les Jeux olympiques, il sera nécessaire d’effectuer cette démarche, car la plate-forme devrait ouvrir en mars. Il suffira alors de présenter un QR code lors des contrôles pour les périmètres rouges. Si l’idée est de regarder les JO depuis la fenêtre d’un ami, il faudra l’inscrire sur la plate-forme. Pour ceux qui préfèrent le « non-numérique », la mairie de Paris et d’autres communes envisagent la possibilité d’obtenir un macaron ou un justificatif. Pour le périmètre bleu, aucun préenregistrement ne sera nécessaire.